x

Virginie voyage depuis la France pour courir son marathon parfait

16 mai, 2018

Virginie Senizergues (France, 1985) cherchait un marathon «plat» spectaculaire et à un prix raisonnable». La réponse qu’elle a trouvé sur plusieurs forums était unanime : «Le Marathon Valencia Trinidad Alfonso EDP». Le 29 avril dernier elle a couru ses deuxièmes 42.195 mètres dans son pays natal, dans la ville de Saumur: «J’avais dit à tout le monde que ça serait les derniers mais à la ligne d’arrivée j’étais déjà en train de penser à mon troisième et après m’être renseignée sur les conditions que je voulais, beaucoup de personnes m’ont recommandé València. J’ai vu des photos des éditions précédentes et c’est incroyable».

virginie-historia-42kvirginie-historia-42k-maraton-valencia

Virginie se qualifie comme une ‘Sunday runner’, c’est à dire, qu’elle court une fois par semaine: «Je sors courir seulement les dimanches, je le combine avec le crossfit et cela m’aide beaucoup pour les courses. Mais je t’avertis, tu ne me verras pas franchir la ligne d’arrivée en moins de trois heures», dit-elle en plaisantant. «Je m’entraine lorsque tout le monde à la maison est encore en pyjama », précise-t-elle. De cette manière, elle peut concilier son travail avec la famille et l’activité physique : «J’ai une fille de huit ans et avec mon mari qui a lui aussi ses hobbies, on jongle avec les horaires. En semaine, je fais du crossfit le soir lorsque la petite dort».

«J’ai couru des courses de 5, 10, 15, semi-marathon, trail, plus de 30 km, mais le marathon a une distance particulière. C’est un défi psychologique, physique et émotionnel. Franchir la ligne d’arrivée du marathon est un moment incroyable et on ressent des émotions très fortes. Je crois que ça devient addictif», affirme-t-elle. Virginie fait partie de ces 18% de femmes qui se sont inscrites au premier marathon ayant le label d’or en Espagne et qui aura lieu le 2 décembre.

Comme la plupart des athlètes internationaux qui assistent au rendez-vous Valencien, Virginie en profitera pour faire du tourisme avec son mari : «Nous partirons le vendredi et nous rentrerons le dimanche. Ça aussi c’est courir : le plaisir de découvrir d’autres endroits et horizons».

Elle profitera également à València de son autre passion : la nourriture. C’est précisément la nutrition qui est un autre point clé de son bon rendement pendant les courses : «Pendant des années je n’ai pas trop accordé d’attention à la nutrition mais grâce à mon nutritionniste je me suis rendue compte à quel point c’était important pour la santé et surtout, j’ai découvert le privilège de la nourriture faite maison par rapport à la cuisine industriellel».

Histoire publiée dans Las Provincias

Nouvelles connexes

Politique de cookies
Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. Si vous êtes d'accord avec cela, appuyez sur ACCEPTER. Si vous ne le faites pas, le site Web pourrait ne pas charger toutes ses fonctionnalités. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter notre politique de cookies en cliquant sur le lien.

Acceptez